Résumé des preuves

Une étude de cohorte rétrospective de 2016 a inclus 2 378 patients hospitalisés adultes obèses recevant de l’héparine sous-cutanée pour la prophylaxie de la TEV.1 Les patients ont été divisés en groupes à dose élevée (7 500 unités trois fois par jour; n = 196) et à dose standard (5 000 unités trois fois par jour; n = 2 182). Les patients ont été exclus s’ils recevaient de l’énoxaparine ou une anticoagulation thérapeutique; si elles ont été admises avec une TEV ou des saignements; si elles étaient enceintes, péripartum, emprisonnées ou paraplégiques; si elles avaient des antécédents de thrombocytopénie induite par l’héparine; ou si elles ont subi une intervention chirurgicale. Les saignements majeurs ont été définis comme une diminution de l’hémoglobine d’au moins 2 g par dL (20 g par L) en 24 heures, une transfusion d’au moins deux unités de produits sanguins ou un saignement critique (par exemple, intracrânien, gastro-intestinal). Tout saignement documenté qui ne répondait pas aux critères de saignement majeur était considéré comme un saignement mineur. Les taux d’ETV dans les 30 jours suivant l’hospitalisation ne différaient pas significativement entre les groupes à dose élevée et les groupes à dose standard (1,0 % vs 0,23 %, respectivement; P =.05), ni les taux de saignements majeurs ou mineurs (0% vs 0,09 %; P =.67).

Une étude de cohorte rétrospective réalisée en 2014 auprès de patients hospitalisés médicaux et chirurgicaux adultes pesant au moins 220 lb a comparé 2 461 patients recevant de l’héparine sous-cutanée à forte dose (7 500 unités trois fois par jour) ou de l’énoxaparine (40 unités deux fois par jour) avec 6 780 patients recevant de l’héparine à dose standard (5 000 unités deux ou trois fois par jour) ou de l’énoxaparine (40 unités par jour) pour la prophylaxie et les saignements TEV .2 Patients présentant une insuffisance rénale (clairance de la créatinine inférieure à 30 mL par minute), une grossesse ou un traitement TEV dans les 48 heures suivant l’admission ont été exclus. Dans l’ensemble, il n’y avait aucune différence dans le risque d’ETV à l’hôpital dans le bras à dose élevée par rapport au bras à dose standard (1,2 % vs 1,5 %, respectivement; P =.22). Cependant, les patients présentant un IMC supérieur à 40 kg par m2 (n = 3 928) présentaient des taux réduits d’ETV avec de l’héparine à forte dose par rapport à la dose standard (rapport de cotes = 0,52; intervalle de confiance à 95%, de 0,27 à 1,0; nombre nécessaire pour traiter = 141). Il n’y avait aucune différence entre les groupes dans les taux de saignement.

Une étude de cohorte rétrospective réalisée en 2016 auprès de patients hospitalisés en médecine et en chirurgie adultes pesant plus de 220 lb a comparé 751 patients recevant de l’héparine sous-cutanée à forte dose (7 500 unités trois fois par jour) à 584 patients recevant de l’héparine à dose standard (5 000 unités trois fois par jour) pour une prophylaxie et des saignements TEV.3 Patients ont été exclus s’ils recevaient de l’énoxaparine ou une anticoagulation, étaient hospitalisés moins de 48 heures ou avaient des antécédents de fibrillation auriculaire ou d’ETV. Les taux d’ETV à l’hôpital ne différaient pas significativement entre les groupes à dose élevée et les groupes à dose standard (3,0 % vs. 1,5 %, respectivement; P =.14). Une diminution de l’hémoglobine d’au moins 2 g par dL au cours de toute période de 24 heures était plus importante dans le groupe à forte dose (10 % vs 7 %; P <.01; nombre nécessaire pour nuire = 33).

Catégories : Articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.